Japon | Lecture

Apprendre le japonais #2 – Guide de conversation japonais

Salut la vie ! Je reviens une nouvelle fois en vous présentant une petite pépite en matière d’apprentissage du japonais, quand on est débutant. Tout ça pour moins de 10 euros.

La petite histoire

C’est en flânant dans la médiathèque de mon arrondissement que j’ai fait une petite découverte. Rayon langue, dans la section « Japonais » de l’étagère. J’y trouve trois pauvres livres sur le sujet – tandis que dans la section « Chinois », on pouvait trouver une vingtaine d’ouvrages. Autant dire que ma médiathèque a son parti pris. Parmi eux, je trouve « Japonais : pour ne plus garder votre langue dans votre poche ».

Après quelques pages, c’est le coup de cœur. Ce petit livre – 10 centimètres sur 14 – est une merveille du genre. Excepté que l’ouvrage que j’avais en main avais pris un coup de vieux : c’était la 3e édition, publié en 2007. Les pages étaient collantes, et c’était le seul exemplaire dans toutes les bibliothèques de la ville, d’après leur catalogue.

Je cherche alors sur la toile. Il a été republié dans sa 8e édition, en juin 2017, pour seulement 8.99 euros ! Et je vous explique pourquoi il faut se précipiter dessus.

Une perle, je vous dis

Ce guide est édité par Lonely Planet, écris par Annelies Mertens et Yoshi Abe. Il fait près de 260 pages et est incroyablement concis. L’une de ses grandes forces est qu’il est divisé en thème – cela permet de mieux mémoriser des mots de vocabulaires qui abordent le même sujet :

  • La grammaire.
  • Les transports.
  • Se loger.
  • Les loisirs.
  • Les sentiments et les opinions.
  • Le sport.
  • La cuisine.
  • La santé…

Bon j’avoue, dis comme ça, c’est un peu bateau. Mais en réalité, le contenu s’avère très pointu.

Ainsi, dans le chapitre « à table », il y a deux pages pleines pour demander si un restaurant possède des plats halal ou kasher – même si c’est très rare au Japon. « Est-ce que cela est sans produit animal ? ». « Préparez-vous des plats sans beurre ? Sans huile ? ». « J’ai des allergies. ». Des phrases très utiles.

Dans le chapitre « en société », rubrique « vie amoureuse », on apprend à dire correctement « Embrasse-moi », « Je ne le ferai pas sans préservatif », « C’était sauvage » – des phrases très utiles.

Vous l’aurez compris, ce livre est fait avant tout s’exprimer en toute occasion, et à engager la discussion. Mais en plus, ce guide contient une méthodologie très efficace. Il n’y a quasiment QUE des exemples, on ne peut pas faire plus pratique. Tous ces exemples sont écris en phonétique – pour apprendre, aux plus néophytes d’entre nous, à prononcer correctement ces phrases – mais aussi en sino-japonais (avec l’emploi des kanji). Ce qui permet déjà d’associer les kanji les plus usuels aux mots que vous souhaitez utiliser. Vous êtes doublement gagnant, car tous les livres d’apprentissage de la langue ne sont pas aussi complets.

Points forts +

  • Un contenu quasi complet rempli d’exemples à la pelle, prêts à l’emploi.
  • L’écriture phonétique en romaji, et en sino-japonais (avec les kanji).
  • S’adresse à un public assez débutant.
  • Un prix imbattable vu son contenu.
  • Un dictionnaire bilingue inclus à la fin du livre, qui est lui aussi assez dense.
  • L’approche thématique, qui permet de se concentrer sur un sujet.
  • Des encarts pour une approche plus culturelle.
  • Très portatif.

Points faibles –

  • La taille de police très petite.
  • … j’ai beau chercher, je ne vois rien d’autre à redire.

Où acheter ce livre :

Jeux Vidéo | Lecture

VA-11 HALL-A : Mettez-vous au Visual Novel

Salut la vie ! Vous n’en avez pas marre de jouer aux mêmes jeux vidéos que tout le monde ? Et si vous jouiez à un jeu vidéo hors du commun pour une fois ? Je vous invite à découvrir VA-11 HALL-A, Cyberpunk Bartender Action.

Scénario

Nous sommes à la fin de l’année 207X à Glitch City, une mégapole qui fait furieusement penser à Tōkyō. Vous y jouez le rôle de Jill. Une barmaid qui travaille au VA-11 HALL-A – prononcez « Valhalla ». C’est un vrai sanctuaire dans lequel le personnel et les clients viennent échapper à la vie survoltée et dystopique de cette ville en ébullition. Un petit oasis dans un monde difficile.

La plupart du temps, Jill reste derrière le comptoir pour servir les clients. Elle est épaulée par son collègue Gillian – dit « Gil » – qui a un passé assez mystérieux, mais ce n’est pas un mauvais bougre. Il est même assez drôle. Dana, la patronne du bar, est aussi à ses côtés.
On dirait que Jill est attirée par elle. Dana a toujours été là pour Jill, elle est la meilleure. Apparemment, elle aime bien l bagarre et se frotter à des loubards si nécessaire. Même pour tout l’or du monde, elle ne dira rien sur les circonstances qui l’ont poussées à se faire greffer un bras bionique.

Dana, la meilleure patronne du monde entier ♥

Les clients

Les clients qu’on croisent sont tous des cas uniques.Par exemple Dorothy, une Lilim (androïde) modèle DFC-72, est une travailleuse du sexe qui garde l’apparence d’une jeune fille de 13 ans pour s’attirer une clientèle de niche. Une fois, elle a été payée pour se faire passer pour la fille adorée de son client, le temps d’une journée. Chelou.

Il y a Sei Asagiri, une humaine, ancienne du corps des White Knights, de l’unité des Valkyries. Je crois qu’elle travaille comme garde du corps maintenant. Elle est très gentille, mais elle semble tout aussi fragile.

Ah oui, ce cher Donovan. Donovan D. Dawson, propriétaire et Directeur du site d’information numérique « The Augmented Eye » – qu’on peut consulter sur son smartphone en application, en dehors des heures de bureau. Un mec, un vrai. Bavard, sarcastique, sans retenue et gonflé comme sa moustache. Il adore insulter ses lecteurs et se gorger de boissons fortes. Sa boisson préférée : la bière. C’est ce qu’on vend de plus chère dans la boutique – 200$ le verre; la vie en 207X est devenue horriblement chère.

Et je ne vous parle pas d’Alma Armas. Une hackeuse blonde qui s’est faite amputer les deux mains pour les remplacer par des mains bioniques. Elle est dingue ou quoi ?!

Gameplay

VA-11 HALL-A est ce qu’on appelle un VN, Visual Novel – littéralement un « roman visuel ». Il a été développé par les vénézuéliens de Sukeban Games et publié par Ysbryd Games.

Sukeban (スケバン/女番/スケ番) signifie littéralement « délinquante », une fille qui joue les dures, en japonais.

Les inspirations sont clairement tirées de l’univers cyberpunk et de l’animation japonaise, avec un côté assez moe quand même.
Contrairement à la plupart des VN, vous ne vous contentez pas d’être un simple lecteur. Il y a une interaction telle que vous pouvez influencer quelque peu l’histoire. Plusieurs fins de jeu sont disponibles. Vous êtes une barmaid qui, quand le client vous le demande, devez servir la boisson appropriée. Pas de panique, vous avez un catalogue avec toutes les recettes et dosages appropriées pour vous aider.

Oui, elle a des oreilles de chats. Et alors ??

Cela dépendra du moment, du goût des clients, de leurs habitudes, de leur humeur du soir par exemple. Il faut être très attentif ! Je me suis moi-même surpris à tenir un petit registre sur le nom du client, la boisson que je leur ai servie et leur réaction.
Et comme tout travail mérite salaire, vous êtes rémunérés en fonction du chiffre d’affaire que vous avez réalisé. N’oubliez pas que la vie est très chère à cette époque, vous devez payer votre loyer et vos abonnements. Vous pourrez même acheter quelques accessoires et décorations pour vous et Fore, votre chat qui parle.

Conclusion

Je ne suis pas un fan du genre en règle général. Jeux vidéos ou romans, je suis plutôt vieux jeu. Mais VA-11 HALL-A a l’immense avantage d’être très équilibré.
Il est plus beaucoup court que d’autres VN, comme Higurashi no Naku Koro ni – qui souffre de beaucoup trop de longueurs à mon goût. Et il offre un gameplay vous permettant de consulter votre smartphone, concocter les boissons à votre guise ou vous acheter des accessoires (inutiles) qui vous immerge vraiment dans le rôle.

Ne soyez pas rebuté par le côté cyberpunk et un peu trash des dialogues. L’ambiance certes est un peu « sexe, drogue et rock&roll« . Mais on ne plonge pas dans le sordide… on le frôle… mais avec humour !! Il n’empêche qu’on passe un bon moment avec ces clients virtuels. Et que dire de la bande originale qui est juste excellente ?! On peut composer son propre Jukebox le temps d’une soirée, et il y des morceaux qui restent encore à débloquer.

Il faudrait compter 10 heures de jeu en moyenne. Ce qui est assez court. Je conseil pour le coup de vous immerger vraiment dans cet univers, et d’y jouer petit à petit. Le soir, autour de 22~23h, un mojito, un gin tonic maison ou une bière bien fraîche – et qui coûte pas 200$ – accompagné de quelques apéritifs. Cela fait partie des recommandations données par les développeurs au tout début du jeu d’ailleurs.

Un VN de détente. Qui se sirote petit à petit, soirée après soirée.

Lui, c’est Jamie, un assassin. Il est plutôt sympa.

Points forts +

  • Le design pixel-art qui se prête parfaitement à l’univers.
  • L’ambiance détendue, l’humour et les élucubrations des personnages.
  • La qualité des dialogues réalistes.
  • La B-O exceptionnelle composée de 44 morceaux (disponible sur i-Tunes).
  • La durée de vie qui satisfera les lecteurs lents, comme moi.
  • Le petit côté LGBT qui sont à des années lumières de toutes polémiques stériles et crispantes.
  • Le prix, plus qu’abordable.

Points faibles –

  • L’ambiance cyberpunk qui risque d’en rebuter quelques un-e-s.
  • Pourquoi tant de nénettes? (Est-ce un point faible ?)
  • La durée de vie qui sera trop courte pour beaucoup.
  • Uniquement disponible en anglais, avec beaucoup d’argots.

Où l’acheter ?

Japon | Lecture

Apprendre le japonais #1 -「日本語のまねきねこ」Manekineko japonais

Méthode de japonais pour les collèges et lycées, par Frédérique Barazer chez Ellipses.

Pour commencer ce blog en beauté et vraiment mettre les pieds dans le plat, j’ai décidé aujourd’hui de commencer une petite série de feuillets. L’objectif est de vous donner les références incontournables pour apprendre le japonais en autodidacte et quand on est totalement débutant.

Cette fois-ci, je vous présente un ouvrage que je recommande vivement à tout débutant qui souhaite se lancer. Il s’agît du Manekineko Japonais, un vrai manuel scolaire. L’autrice, Frédérique Barazer, est agrégée de langue et de culture japonaises; elle a travaillé au Lycée Ampère de Lyon.

« Le MANEKINEKO a été conçu sur le terrain, en classe, sur plusieurs années, pour tenté de remédier à l’absence de manuel destiné à enseigner le japonais aux élèves francophones des collèges et lycées. » – F. Barazer

Si j’avais pu appendre le japonnais en LV3 quand j’étais jeune, je l’aurais certainement choisi. Mais on n’est jamais trop vieux pour apprendre, c’est une règle biologique !

Ce livre est un excellent moyen pour vous lancer « sérieusement » dans le japonais. Il s’agît d’un petit manuel (187 pages) qui vous apprendra les règles de grammaires de bases, beaucoup de mots simples et couramment employés, comment lire les kana, quelques kanji en sus, ou encore comment structurer vos phrases suivant les situations.


Le texte.

La leçon. 

Et les exercies.

Le manuel suit le modèle suivant :

  • Un texte en japonais, d’abord uniquement en kana, puis en écriture sino-japonaise accompagnée de furigana (sous-titres pour bien prononcer les kanji).
  • Le vocabulaire du texte.
  • La leçon en quelques pages.
  • Les exercices pour appliquer la leçon.

Vous pouvez commencez à apprendre les hiragana de manière très kawaii. (Google)

Et voilà ! Vous aurez vraiment l’impression d’en ressortir grandit. Simple et efficace, on reste tout de même un petit peu sur sa faim au final, parce que l’on a envie d’en apprendre plus bien sûr ! Cet ouvrage a connu un tel succès, qu’il a bénéficié d’une deuxième édition, revue et augmentée, ainsi que d’un second volume : Manekineko, tome 2 (niveau intermédiaire).

Pour son prix, sa méthode et sa qualité didactique, c’est LE livre avec lequel vous devez commencer.
がんばってください! – Gambatte kudasai ! – Faîtes de votre mieux !

Vocabulaire

Kana : alphabet syllabique, typiquement japonais.
Kanji : caractères chinois, récupérés par les japonais.
Furigana : sous-titre écris en kana permettant la lecture des kanjis, très utiles pour les enfants ou débutants.
Manekineko – 招き猫 : littéralement « chat qui attire l’attention », figure traditionnelle d’un chat qui attire le bonheur et la fortune à son propriétaire.

Liens Utiles

Où acheter ces livres :

Prix : tous deux sont disponibles pour 15€ environ.